MALARIA - Bien plus qu’une simple piqûre!

D’après vous, existe-t-il de nos jours une maladie infectieuse pouvant causer la mort chez l’humain, dont le vecteur de transmission est un insecte? La réponse est oui! Cette maladie se nomme la malaria, et sévit dans plus d’une centaine de pays et territoires autour du monde, particulièrement dans les zones tropicales et subtropicales.  

Qu’est-ce que la malaria?

La malaria, aussi connue sous le nom de paludisme, est une infection causée par la piqûre d’un moustique femelle infectée par un parasite nommé le Plasmodium. Il existe cinq sortes de parasites pouvant infecter l’humain soit P. falciparum, P. vivax, P. ovale, P. malariae et P. knowlesi. Lors de sa phase de développement, le parasite se réfugie d’abord dans le foie pour ensuite être libéré dans la circulation sanguine pour attaquer les globules rouges, provoquant leur destruction. Au Canada, le médecin est tenu de déclarer cette infection aux instances gouvernementales.

Quels sont les symptômes de la malaria?

La présentation clinique peut différer selon le type de parasite transmis mais en général, il est possible d’observer les symptômes ici-bas qui sont souvent semblables à ceux de la grippe soit :

  • Fièvre de plus de 38 °C (100 °F)

  • Frissons, sudation importante

  • Nausées, vomissements et diarrhées

  • Maux de tête, étourdissements

  • Toux

  • Fatigue

  • Douleurs musculaires et articulaires

L’état de la personne atteinte peut se dégrader rapidement menant à des complications graves, énumérées ci-dessous, parfois même mortel si la situation n’est pas prise en charge de façon urgente :

  • Coma

  • Convulsions

  • Insuffisance respiratoire

  • Insuffisance rénale

Comment prévenir la malaria?

Une médication préventive pour la malaria est parfois nécessaire selon la destination visitée. Les professionnels de la santé chez Volyse pourront vous en dire plus!   

En effet, le risque de contracter la malaria est variable au sein d’un même pays selon les différents facteurs suivant: l’altitude, la saison, le type d’hébergement, la durée et le type de séjour, l’état général du patient et l’observance du patient face aux mesures préventives.

Selon les cas, un médicament peut être prescrit selon le profil de santé, la sensibilité au médicament et les contre-indications propres aux médicaments.  Lorsque la prise du traitement préventif suit les recommandations, la protection contre la malaria est de l’ordre de 95%. Il reste donc important de suivre les mesures non pharmacologiques (MNP) de façon assidue.  À ce jour, il n’existe aucun vaccin pour prévenir la malaria.

Mesures physiques :

  • Éviter les activités extérieures entre le coucher et le lever du soleil (présence plus importante de l’insecte)

  • Avoir des vêtements longs et de couleur pâle

  • Dérouler les manches et entrer le chandail dans le pantalon

  • Insérer le bas de pantalons dans les chaussettes, les bottes ou les souliers

  • Dormir sous une moustiquaire résistante avec une maille inférieure de 1,5 mm

  • Éviter l’usage de produits parfumés

  • Réduire la durée de séjours dans une zone et une saison à risque

  • Dormir dans une pièce climatisée

Mesures chimiques :

  • Utiliser un insectifuge à base de DEET ou d’icaridine

    • La durée de protection du DEET est proportionnelle à la concentration du produit

      • Enfants de 12 ans et plus: concentration d’usage de 30% offre jusqu’à 6 heures de protection

      • Enfants de 2 à 12 ans: concentration d’usage maximum de 10% à appliquer jusqu’à trois fois par jour seulement

      • Enfants de 6 mois à 2 ans: concentration de 10% avec application de une fois par jour

      • Nourrissons de moins de 6 mois: DEET n’est pas recommandé

    • Éviter d’appliquer le produit au visage, les régions sensibles du corps, les plis profonds de la peau, les lésions et les coups de soleil

    • Éviter les produits combinant DEET et un écran solaire; le DEET diminue l’efficacité de la protection solaire et ce dernier augmente l’absorption du DEET à travers la peau

      • Voici la recommandation de l’Association canadienne de dermatologie : appliquer l’écran solaire en premier, attendre 15 minutes pour que le produit pénètre puis appliquer le DEET

    • L’icaridine est l’insectifuge de première intention pour les voyageurs de six mois à 12 ans selon le Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages de l’Agence de la santé publique du Canada

      • Un produit concentré à 10 % offre une protection de 3 à 5 heures

      • Un produit concentré à 20% offre une couverture de 8 à 12 heures

    • Vaporiser la moustiquaire d’un insecticide (permétherine)

    • Imprégner les vêtements d’insecticide (permétherine)

Chez Volyse, on s’assure que vous avez tout en main avant votre départ ;). #SantéVoyage

Références

1.    Rx Vigilance. Fiche : Paludisme (Malaria). Page consultée en mars 2018.

2.    http://www.who.int/ith/chapters/ITH_chapter_7fr.pdf?ua=1

3.    https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/paludisme.html

4.    https://www.cdc.gov/malaria/

5.    https://www.inspq.qc.ca/sante-voyage/guide/risques/paludisme

6.    https://www.cps.ca/fr/documents/position/prevention-piqures-de-moustiques-et-de-tiques

7.Prophylaxie de la malaria. Québec Pharmacie. Juin 2012 vol. 59 et Numéro 3. p.21 à 28.

Stephanie El-Chakieh