Voyager avec le diabète

Être diabétique ne devrait pas vous empêcher de voyager : avec une bonne préparation, vous pourrez vous aussi vous envoler aux quatre coins du globe!

Pensez à consultez votre équipe de soins, ou les professionnels chez Volyse, au moins 4 à 6 semaines avant votre départ et renseignez-vous sur les installations médicales de la région visitée.

 

SPÉCIALISTE EN SANTÉ-VOYAGE

Consultez un spécialiste en santé-voyage avant votre départ. Volyse peut vous aider avec ceci ;) Celui-ci pourra vérifier si vos vaccins de base sont à jour et si d’autres vaccins sont recommandés selon la destination. Selon la région visitée, certains médicaments pourraient aussi vous être prescrits afin de prévenir certains problèmes de santé (diarrhée du voyageur, malaria, mal de l’altitude, etc.).

MÉDECIN ET/OU INFIRMIÈRE

Si vous prenez de l’insuline : révisez les notions d’ajustement des doses d’insuline (décalage horaire, hypo-hyperglycémie), ainsi que la marche à suivre en cas d’hypoglycémie, de maladie, etc.

Demandez une copie de votre dernier résultat d’hémoglobine glycosylée (A1C) prouvant que votre condition est stable. Cette information pourrait vous être demandée par votre assurance voyage. Pensez d’ailleurs à vérifier la couverture et les modalités de votre police d’assurance, idéalement avant de réserver votre voyage.

Faites remplir une lettre officielle par votre médecin, en français (ou dans la langue du pays visité) et en anglais, mentionnant que vous êtes diabétique et vous autorisant à voyager avec les fournitures et médicaments requis, par exemple: aiguilles, insuline, pompe à insuline, glucomètre, lancettes, collations, etc. Conservez cette lettre avec votre passeport (et une photocopie dans vos bagages) afin d’éviter les problèmes aux douanes et au contrôle de sécurité dans les aéroports. Voici un exemple de lettre que votre médecin peut remplir avant votre départ (par Diabète Québec) : https://www.diabete.qc.ca/fr/comprendre-le-diabete/tout-sur-le-diabete/getdocument/lettre-medicale-francais-anglais  

NUTRITIONNISTE

Un(e) nutritionniste peut vous aider à adapter votre plan d’alimentation selon les plats typiques des régions que vous visiterez.

Un Guide de poche pour vos repas au restaurant est aussi disponible sur le site internet de Diabète Québec. Vous pouvez également le retrouver sous forme d’application pour votre téléphone.

PHARMACIEN

Pour vous permettre de faire face aux imprévus tels qu’un retard de vol, faites préparer une quantité de médication et de fournitures suffisante pour couvrir la durée totale de votre voyage et au moins une semaine supplémentaire (ou jusqu’au double de la durée du voyage) :

  • Médicaments oraux;

  • Insulines. Apportez un stylo-injecteur supplémentaire (gratuit en pharmacie!) ou des seringues (si vous savez les utiliser) en cas de bris de votre stylo;

  • Aiguilles, tampons d’alcool, lancettes, bandelettes pour mesurer la glycémie et/ou les corps cétoniques;

  • Bracelet ou pendentif d’identification médicale indiquant que vous avez le diabète (par ex. MedicAlert);

  • Lecteur de glycémie. Un deuxième lecteur de glycémie peut aussi s’avérer utile en cas de bris. Si vous devez vous servir d’un lecteur de glycémie provenant d’un autre pays, assurez-vous que les unités de mesure sont les mêmes :

  • certains appareils peuvent afficher des résultats en mg/dL. Vous pouvez convertir le résultat en mmol/L en divisant celui-ci par 18 (mg/dL ÷ 18 = mmol/L).

  • Batteries supplémentaires pour votre glucomètre et/ou votre pompe à insuline.

  • Contenant hermétique sécuritaire pour aiguilles souillées;

  • Pompe à insuline et son matériel (par ex. aiguilles, tubulures), etc.

  • Collations, glucides à absorption rapide (comprimés de glucose, sachets de sucre, etc.);

  • Si indiqué, apportez votre trousse de glucagon et expliquez à la personne qui vous accompagne (ami, famille, guide) comment l’utiliser en cas d’urgence;

  • Etc.

Pensez à demander une liste à jour de votre médication.

Comment me préparer pour un voyage en avion ?

Idéalement, transportez toute votre médication et votre matériel dans votre bagage à main : ceux-ci éviteront les températures extrêmes et vous les aurez en cas de perte de vos bagages.

Avisez le personnel de sécurité que vous êtes diabétique et que vous transportez du matériel médical dans votre bagage à main. Présentez-leur la lettre remplie par votre médecin en cas de besoin. Si vous portez une pompe à insuline, mentionnez-leur que vous devez la conserver sur vous et que vous préférez une inspection manuelle (vs détecteur de métal complet).

Conservez vos médicaments, bandelettes et lancettes dans leur emballage d’origine avec l’étiquette de la pharmacie. Votre glucomètre et vos stylos doivent porter le nom du fabricant.

Vérifiez si un repas sera offert sur votre vol : certains vols ne courte durée n’offrent plus les repas à bord. Prévoyez alors des collations contenant des glucides et des protéines (craquelins, fruits séchés, barres de céréales, noix, etc.).

Dois-je ajuster ma médication en cas de décalage horaire ?

Il n’est généralement pas nécessaire d’ajuster votre traitement médicamenteux lors d’un voyage nord-sud ou si le décalage horaire est égal ou moindre que 3 heures pour un voyage est-ouest.

Si le décalage horaire est plus de 3 heures, il est important de planifier vos repas et d’ajuster la posologie de certains de vos médicaments et/ou l’horaire d’administration de votre insuline en conséquence. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin, à votre infirmière et/ou à votre pharmacien. De façon générale, il est recommandé :

  • D’attendre d’être rendu à destination avant de changer l’heure à votre montre, à votre cellulaire ou sur votre pompe à insuline. Ainsi, vous pourrez savoir à quel moment prendre votre médication ou vous injecter votre insuline durant le trajet. Ajustez l’heure de votre montre et de vos appareils (glucomètre, pompe à insuline) à l’heure locale une fois arrivé à destination, puis continuez à prendre vos médicaments et à administrer votre insuline à la même heure qu’à l’habitude (heure de la maison);

  • De prendre les doses d’hypoglycémiants oraux aux repas correspondants (indépendamment de l’heure) et de conserver un intervalle de temps adéquat entre les repas;

  • D’attendre que votre repas vous soit servi dans l’avion avant d’injecter votre dose d’insuline à action rapide. La dose peut alors être ajustée selon le repas et permet d’éviter une hypoglycémie si le service doit être interrompu (par ex. en cas de turbulences);

  • De reporter l’injection d’insuline à action intermédiaire ou prolongée habituellement administrée en soirée ou au coucher, au moment de la première nuit à destination;

  • De poursuivre l’administration habituelle de base et des bolus durant le vol si vous êtes porteur d’une pompe d’insuline.

Noter que l’ajustement de la médication avec le décalage horaire peut s’avérer difficile. Consulter un professionnel de la santé.

Comment conserver mon insuline ?

L’insuline peut être conservée jusqu’à 1 mois à température ambiante, soit entre 0 et 30°C (note : 42 jours pour Levemir). Il est recommandé de ne pas réfrigérer les stylos-injecteurs. Toute insuline en surplus doit être conservée au réfrigérateur, par exemple celui de l’hôtel dans lequel vous séjournerez.

Il faut éviter d’exposer l’insuline à des températures extrêmes.

Par temps chaud, vous pouvez la transporter dans une trousse isolante (ex. Frio) ou un thermos. De la glace ou un contenant réfrigérant « ice pack » peuvent aussi être utilisés, mais ne doivent pas être en contact direct avec l’insuline (perte d’efficacité si congelée et doit être jetée dans ce cas).

Si vous devez transporter votre insuline à l’extérieur par temps froid (i.e. randonnée), gardez celle-ci près de votre corps, par exemple dans la poche intérieure de votre manteau. Les glucomètres fonctionnent habituellement à une température variant entre 10-40°C.

Comment le voyage risque-t-il d’affecter ma glycémie ?

Il est fort possible qu’une modification apportée à votre routine influence votre contrôle glycémique, par exemple : être plus actif qu’à l’habitude, modifier ses habitudes alimentaires et sa consommation d’alcool, varier ses heures de sommeil, etc.

Dans tous les cas, pensez à mesurer votre glycémie plus souvent !

Que faire si un repas est retardé ?

Maintenir un horaire de repas régulier peut être difficile lorsqu’on voyage. La prise de certains antidiabétiques oraux augmentant la sécrétion d’insuline et/ou l’administration d’insuline elle-même pourraient causer une hypoglycémie si le repas est retardé. Ainsi, si un repas est retardé, il est recommandé de prendre une collation à l’heure habituelle du repas (15 g de glucides pour un retard de 1 heure; ou 15-30 g de glucides et une source de protéines pour un retard de 2-3 heures) et de soustraire cette quantité de glucides et de protéines du repas qui sera pris plus tard. Les antidiabétiques oraux et l’insuline devraient être pris avec le repas pris plus tard.

Soyez prêts à traiter une hypoglycémie si elle se présente. Ayez toujours avec vous des collations ou des sucres rapides (comprimés de glucose, sachets de sucre, etc.).

Que faire les jours de maladie ?

Vérifiez votre glycémie plus souvent quand vous êtes malade (aux 4 heures).

En cas de diarrhée ou de vomissements, maintenez-vous hydraté. Utilisez une solution de réhydratation (par ex. Gastrolyte), un anti-diarrhéique et/ou un anti-nauséeux si besoin.

Respectez votre plan d’alimentation si vous en avez un. S’il vous est impossible de boire ou de manger normalement, une modification de la dose d’insuline ou de la prise de vos médicaments pourrait être nécessaire. Parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Si vous êtes malade, il est possible que votre glycémie augmente et que votre corps utilise vos graisses pour produire de l’énergie. Or, ceci peut entraîner une accumulation de déchets toxiques dans votre corps, qu’on appelle les corps cétoniques, et éventuellement mener à une acidocétose diabétique. Si votre glycémie à jeun est plus de 14 mmol/L et que vous présentez des douleurs abdominales, une fatigue excessive, des nausées/vomissements ou une soif intense, vérifiez la présence de corps cétoniques dans le sang ou dans l’urine (bandelettes Ketostix, Chemstrip, etc.). Si le résultat est élevé, consultez un médecin le plus rapidement possible.

Autres informations utiles

Les personnes diabétiques sont plus à risque de développer des infections, en particulier au niveau des membres inférieurs. Ainsi, optez pour des chaussures confortables afin d’éviter les blessures et les ampoules, évitez de marcher pieds nus et examinez vos pieds tous les jours.

Certaines applications mobiles sont disponibles sur le site internet de Diabète Québec, entre autres le « Guide Resto », le « Guide Voyage » et  « Les pompes à insuline » : https://www.diabete.qc.ca/fr/comprendre-le-diabete/ressources/outils-mobiles.

Bonne préparation et surtout, bon voyage !

REFERENCES FRANÇAIS

www.diabete.qc.ca

www.diabetes.ca

http://www.guidesurlediabete.com/